Skip to content

Les œuvres de bienfaisance font face à la crise du coronavirus, mais craignent un recul des dons

Qu’est-ce que vous cherchez ?

7. octobre 2020
L'étude Zewo: Comment le coronavirus transforme les œuvres de bienfaisance
Corona und Hilfswerke

Après l’année record en termes de dons qu’a été 2019, où elles ont reçu 1,91 milliard de francs, les œuvres de bienfaisance suisses ont pu compter, même pendant le confinement, sur la solidarité de la population suisse. Elles ont adapté leur aide au contexte modifié par le coronavirus et renforcé leurs prestations. Cependant, maintenant, bon nombre d’entre elles craignent un recul des dons.

C’est ce qui ressort du sondage représentatif auprès d’œuvres de bienfaisance certifiées par lequel la Fondation Zewo a pour la première fois étudié la manière dont le coronavirus modifie l’aide privée. L’étude de la Zewo montre que les œuvres de bienfaisance suisse ont jusqu’à présent bien fait face à la crise du coronavirus.

La solidarité de la population s’est maintenue après le record de dons

Les œuvres de bienfaisance ont pu compter sur la solidarité de la population, la propension à donner s’étant maintenue après l’année record 2019. Après que les œuvres de bienfaisance avaient reçu, avec 1,91 milliard de francs, davantage de dons que jamais auparavant, ce sont avant tout les organisations d’entraide évoluant dans le secteur national des affaires sociales ou de la santé qui ont reçu encore plus de dons jusqu’en juin 2020. Pour la plupart des autres œuvres de bienfaisance, les dons sont demeurés stables.

Aide adaptée à cause du coronavirus

Les œuvres de bienfaisance ont été sollicitées à plusieurs titres par le confinement. Elles ont adapté leurs offres aux changements de besoins. Ainsi, elles ont renforcé leurs aides budgétaires et assisté les personnes dans des situations de vie précaires. Elles ont organisé de nouvelles offres comme des aides pour faire ses achats, mis en place des centres de tests mobiles, aidé à rechercher des contacts ou distribué des masques. En même temps, elles ont apporté leur aide dans des conditions plus difficiles. En raison de la distanciation sociale, les activités de conseil se sont déroulées en ligne. Il a fallu davantage de volontaires. Et pour les organisations d’entraide évoluant au niveau international, il a été difficile de se rendre à l’étranger.

Désormais, les œuvres de bienfaisance s’inquiètent de leur situation financière

En ce qui concerne leur travail, les œuvres de bienfaisance tournent des regards confiants vers l’avenir. Elles constatent des progrès dans la numérisation et considèrent les nouvelles formes de travail comme une chance. Leur situation financière leur cause davantage de souci. En effet, une œuvre de bienfaisance sur deux a dû temporairement réduire ses activités pendant le confinement. Les recettes qu’elles ont générées elles-mêmes de la vente de produits et de services ont reculé. Une organisation d’entraide sur deux craint de recevoir moins de dons à l’avenir.

L’étude de la Zewo «Comment le coronavirus transforme les œuvres de bienfaisance» et le «Statistiques des dons 2019» de la Zewo sont disponibles en ligne. L’enquête représentative auprès d’œuvres de bienfaisance certifiées a été organisée en collaboration avec Verbandsmanagement Institut (VMI) l’Université de Fribourg.

Si vous avez des questions, Martina Ziegerer, directrice de la Fondation Zewo, se tient volontiers à votre disposition.

Contact: Fondation Zewo, Pfingstweidstrasse 10, 8005 Zürich
Tel.:+41 44 366 99 55, medienanfrage@zewo.ch